ROYAUME UNI | Bristol

Pour la petite histoire (parce que quand on voyage avec moi il y en a toujours une à raconter haha), une amie et moi devions partir pour Bristol pour 3 jours. On avait réservé le même vol aller Paris-Bristol mais un vol différent pour le retour. Malheureusement, la compagnie aérienne a fait faillite. Mon amie avait réservé l’aller et le retour avec cette même compagnie et s’est retrouvée dans l’incapacité de se reprendre un aller-retour. Une semaine avant le départ je me suis retrouvée sans aller pour Bristol. Pour ne pas perdre mon billet retour j’ai dû être réactive pour prévoir un nouveau moyen d’y aller. Le prix des billets Paris-Bristol avait eu le temps de doubler. J’ai finalement opté pour les bus. J’ai réservé un Ouibus Paris-Londres de nuit de 9h30 et un bus Londres-Bristol de 2h40 avec la National Express. Trajet assez fatigant, je l’avoue.. Avec cette histoire d’annulation de vol, j’avais plus concentré mon énergie pour essayer de me faire rembourser mon billet plutôt que d’organiser mon voyage à Bristol. Ce voyage s’est donc prévu un peu à l’arrache on va dire.

Le Clifton suspension bridge est mon attraction coup de cœur de Bristol. C’est un pont plutôt impressionnant. Il se situe à 30 minutes à peine à pied du centre-ville. Il y a l’observatoire de ce pont pour le voir d’un peu plus haut. On peut également monter dans une tour pour l’observer d’encore plus haut mais je ne voyais pas vraiment l’intérêt de le faire et c’était payant en plus de ça.   

Un grand parc où j’ai apprécié me poser et lire un peu, le Brandon hill nature park. On y trouve la Cabot Tower. C’est une grande tour où on peut monter au sommet et c’est gratuit. On peut y voir une vue panoramique de Bristol et on peut même apercevoir le Clifton suspension bridge.

Vous vous demandez peut-être pourquoi Bristol ? Une petite ville d’Angleterre qui reste peu connue des touristes/voyageurs. Quand j’étais au lycée, j’étais très fan d’une série anglaise « Skins » qui était tournée à Bristol et je me suis toujours dit qu’un jour j’irai visiter cette ville. 10 ans plus tard me voici ! Etant une petite ville, les lieux de tournage étaient assez proches les uns des autres et pour mon plus grand plaisir j’ai pu me rendre sur deux lieux de tournage. Pour les fans de Skins, je les partage avec vous 😉

Skins – 1ère génération – Saison 1 : Quand Cassie et Sid sont dans un parc, assis sur un banc

Skins – 2ème génération – Saison 3 : Quand Freddie dévale la rue avec son skateboard

Voici la belle Cathédrale de la Sainte-et-Indivisible-Trinité ou Cathédrale de Bristol. Elle a été construite entre le XII et le XVIème siècle.

FOCUS SUR LE STREET ART

Comment parler de Bristol sans parler du street art. J’ai donc décidé de vous faire un petit focus sur le street art. Il y en a un peu partout dans la ville et je ne voulais pas juste les admirer, les prendre en photo pour les garder en souvenir sans savoir l’histoire cachée derrière tout ça, le nom de l’artiste, sa vie etc. Je suis donc allée à l’office de tourisme de Bristol et j’ai réservé une visite de 2 heures avec l’association Where the wall qui soutient le street art et qui organise des visites du street art de la ville avec un guide.

Dans les années 70, le graffiti a pris de l’ampleur aux Etats-Unis, à Brooklyn plus précisément, sur les murs et les métros. Le street art est un art différent du graffiti, le graffiti étant souvent associé à du vandalisme à la différence du street art qui constituerait plutôt un art « légal ». Dans les années 90, le graffiti et le hip hop sont arrivés en Europe. Bristol est considérée comme la capitale européenne du street art. C’est d’ailleurs dans cette ville que se tient chaque année au mois de juillet le « Up Fest » qui est le plus grand festival de street art et de graffiti réunissant des centaines d’artistes venus du monde entier.

BANKSY

C’est un des graffeurs les plus célèbres. Il est né à Bristol. Son originalité est qu’il demeure anonyme. D’après des estimations, il aurait 45 ans et serait caucasien. C’est un artiste engagé, il exprime par son art ses opinions et notamment politiques. Aujourd’hui, Banksy ne signe plus ses œuvres. Il est célèbre dans le monde entier et lorsqu’il réalise une œuvre il préfère qu’on s’intéresse aux messages derrière son œuvre plutôt le fait que ce soit lui l’auteur de cette œuvre. Il utilise la méthode des pochoirs ou “stencils” en anglais.   

  1. Naked man ou Well hung lover (2006) : le gouvernement de la ville voulait la retirer mais un sondage des habitants de Bristol a fait que cette oeuvre a été conservée. Elle a été dégradée en 2009 par des tirs de paintball bleu quelques jours après une exposition de Banksy. Cette dégradation est pour contester la monétisation de l’art.
  2. The Mild Mild West (1998-1999) : la police intervient de manière violente dans une rave party. Cela avait choqué Banksy et il a décidé d’en faire une oeuvre et de représenter les participants par un ours en peluche inoffensif mais qui, quand on le cherche, peut devenir violent.
  3. The Girl with the Pierced Eardrum : elle se situe à côté du musée M Shed près du port.
  1. The Big deal de JPS (son instagram : JPS_artist) (2014)
  2. L’acteur de la série Spartacus Andy Whitfield par JPS, en hommage à l’acteur décédé d’un cancer
  3. Breakdancing Jesus de Cosmo Sarson (2013)
  4. Les bonhommes allumettes du londonien Stik
  5. Peinture sur du chewing gum de l’anglais Ben Wilson
  6. Oeuvre du projet See no evil de l’américain El Mac (2011)
  7. La mésange bleue de Aspire (2016)
  8. Charles Darwin de Jane Laurie Mutiny. Des espèces en voie d’extinction ont été peintes à côté de Darwin
  9. Gentleman Vandal de l’anglais Nick Walker (2011)
  10. Welcome to Bristol de Inkie
  11. The Duel of Bristol de l’irlandais Conor Harrington : cette oeuvre m’a rappelée une oeuvre de street art que j’avais déjà vu dans le 13ème arrondissement de Paris et effectivement il s’agit du même artiste ! J’en parlerai dans un prochain article 😉
  12. Oeuvre du projet See no evil de l’espagnol d’Aryz (2011)

La fin du week-end s’est clôturée par une balade sur le port de Bristol.

Le bilan & retour d’expérience de ce petit week-end : j’ai apprécié la ville de Bristol tout d’abord parce que c’est une petite ville, on peut tout faire à pied et même moi qui suis très nase en sens de l’orientation, à la fin du week-end je commençais à prendre mes repères dans cette ville. Mon impression de cette ville est qu’elle laissait une grande place à l’art notamment avec le street art qu’on peut trouver partout dans la ville, il suffit de lever les yeux. Je ne sais pas si vous l’avez compris mais j’ai passé ce week-end seule. C’était assez particulier. En effet, j’avais déjà voyagé seule au Vietnam (article à venir prochainement) et j’avais adoré. En Angleterre, la chaleur humaine et le dépaysement ne sont pas les mêmes donc voyager seule dans ce genre de destination je ne suis pas sûre de le tenter à nouveau. J’ai eu la chance d’avoir une météo parfaite tout au long du week-end ce qui a rendu ce voyage beaucoup plus agréable !

Un site qui répertorie des oeuvres de street art par artiste : https://street-art-avenue.com/

2 thoughts on “ROYAUME UNI | Bristol

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *